Déclaration de DÉNONCIATEURS DE LA CORRUPTION JUDICIAIRE

 

Nous sommes inquiets que les institutions encouragent l’IMPUNITÉ des juges. Cette impunité les a conduits à ne pas se conformer à la loi et à la coutume de vendre leurs peines, d'appliquer leurs croyances ignorantes et de renforcer l'autoritarisme (État "peu démocratique" et "dissuasif" selon les termes de la CEDH). Cette impulsion est réalisée par les quatre pouvoirs publics (législatif, exécutif, judiciaire et constitutionnel), tant au niveau national que régional.

 

Nous nous opposons à ce que le courant dominant parmi les procureurs et les juges favorise l’IMPUNITÉ dans leurs groupes.

Nous nous opposons à ce que les procureurs et les juges soient contraints d'accepter la corruption systémique imposée par leurs collatéraux et leurs instances ou hiérarchies supérieures. En d'autres termes, la corruption systémique oblige les procureurs et les juges à respecter la loi.

Nous nous opposons à l'extension de l' IMPUNITÉ des juges au reste des autorités publiques. L’IMPUNITÉ a fait que la plupart des autorités ont transformé leur travail de service public en un moyen de s’enrichir, de favoriser leurs familles et leurs amis, de donner libre cours à leur sadisme et à leurs vices, d’imposer leurs croyances ignorantes et de promouvoir un régime autoritaire.

 

La Cour constitutionnelle elle-même affirme que le contrôle juridictionnel du fonctionnement de l'institution est la "clause royale authentique de l'état de droit". Un état de droit qui n'existe pas dans la p

Ce système, plus proche de l'autoritarisme que de la démocratie, a conduit la société espagnole à décliner. Pour la première fois de l'histoire, des générations de jeunes vivent dans des conditions pires que celles de leurs parents, car la corruption a dépasse le progrès.

 

Nous nous opposons aux procureurs et aux juges qui détruisent la vie des gens, nous laissant sans défense, nous soumettant, nous ruinant, nous traumatisant psychologiquement pour la vie et éliminant l’état de droit.

Des dizaines d'organisations à but non lucratif et des milliers de victimes judiciaires, nous travaillons contre la corruption judiciaire depuis des années, voire des décennies, mais nous nous retrouvons systématiquement à couvrir les plaintes contre les procureurs et les juges. Un seul juge a été condamné à une peine d'emprisonnement et aucun procureur n'a été condamné, alors que l'injustice de ces agents publics est très courante, comme le montrent toutes les enquêtes publiées par la CIS, l'INE, les Eurobaromètres et les Rapports du Groupe d'Etats contre la corruption (GRECO).

 

Nous sommes préoccupés par le fait que la plupart des gens pensent que les erreurs judiciaires habituelles sont dues à l'incompétence des juges, car ce n'est pas le cas. L'injustice est la conséquence, principalement, d'un système corrompu et du fait que les juges ne respectent pas sciemment la loi. L'ignorance de ce problème par la majorité de la population rend sa solution difficile.

Dans ce contexte de corruption institutionnelle systémique (abusocratie), nous avons créé DÉNONCIATEURS DE LA CORRUPTION JUDICIAIRE pour dénoncer les actions pénales des autorités judiciaires et des procureurs, ainsi que pour rendre public ce principal problème de la société espagnole.

 

Notre objectif est que les juges se conforment à la loi et la fassent respecter par le reste des autorités publiques, mettant ainsi fin à la corruption institutionnelle et privée.

Nous demandons aux personnes et à toutes sortes d’organisations privées de participer de la manière suivante:

 

• Soutenir cette initiative et nous autoriser à publier votre nom dans la liste de notre site Web.
• Contacter nos membres pour signaler les procureurs et les juges qui les ont victimisés.
• Divulguer notre existence.
• Divulguer nos plaintes.
• Financer nos activités.
• Nous demandons aux médias de participer, en publiant nos plaintes et en créant un débat médiatique sur la corruption judiciaire, comme ils l'ont fait avec la corruption politique.

 

En bref, nous travaillons à créer un monde meilleur, une société progressive et progressive, dans le sens où la majorité vit mieux chaque jour.